6 astuces pour créer une bonne carte de restaurant

La carte est le principal outil de vente d’un restaurant, elle permet non seulement d’attirer de nouveaux clients mais également de les fidéliser. Plus qu’une simple liste de plats, elle doit avoir un style, une personnalité reflétant votre établissement. C’est pour cela qu’aujourd’hui, nous vous présentons 6 astuces qui vous permettront de créer une carte de restaurant attractive et cohérente.

1) L’aspect graphique est essentiel

Un des points les plus importants d’une bonne carte de restaurant : l’aspect graphique. Une carte doit être simple à lire, simple à comprendre, esthétique. Pour ne pas négliger l’aspect graphique, nous vous recommandons d’accorder de l’importance aux points suivants :

  • La mise en page La mise en page doit être espacée, ne pas comporter de fautes d’orthographe pour faciliter la lecture. Les différents paragraphes doivent être distincts. De plus, une carte a un sens de lecture, cela va de soi. En la parcourant plusieurs fois, le regard du client s’arrête à certains endroits plus que d’autres, notamment le milieu de la carte. Ainsi, si vous souhaitez orienter vos ventes, positionnez les plats que vous souhaitez promouvoir au milieu.
  • Les photos En général, les photos des plats sont à éviter sur le menu : elles sont en général décevantes et ont une mauvaise connotation (kitch, mauvais restaurant). Cependant, si vous possédez un bon appareil photo, quelques talents de cadrage et de dressage d’assiettes, alors elles peuvent être un atout. Malgré tout, l’utilisation de photos est aujourd’hui plus pertinente sur les réseaux sociaux que sur une carte de restaurant.
  • Les icones Très moderne, l’utilisation d’icônes sur vos cartes de restaurants est recommandée. Elle permet d’alléger le contenu et de faciliter la lecture en remplaçant certains mots voire phrases par un simple sigle. Ainsi, vous pourrez indiquer à vos clients les labels, les allergènes et bien d’autres caractéristiques de vos plats sans pour autant encombrer votre carte. De plus, les icônes vous permettent également d’orienter les ventes. En utilisant des « coups de cœur », vous pouvez ainsi guider le choix de vos clients sur les plats que vous voulez mettre en valeur.

2) Proposer une sélection réduite

Il s’agit là de la première question à se poser lorsque l’on crée une carte de restaurant : combien de plats doivent y figurer ? Un conseil : évitez les cartes trop longues. Comme bien souvent, quantité n’est pas signe de qualité, et cela, le client l’a bien compris. Une carte contenant des dizaines de pages n’incite pas vraiment le client à la parcourir pour 3 raisons :

  • Cela rend le choix plus difficile
  • Cela rend la lecture de la carte pénible
  • Cela inspire de la méfiance sur la qualité et la fraîcheur des produits (surgelé, plats tout-préparés etc.)
Raccourcir la carte : cela permet de faciliter la lecture du client et, en même temps, d’avoir suffisamment de choix pour y trouver son bonheur. Cela permet également au chef de pouvoir proposer des plats diversifiés et de qualité, élaborés à partir de produits frais. Enfin, cela simplifiera la gestion des commandes et des stocks, ainsi que le travail de vos équipes en salle et en cuisine. Libre à vous bien sûr de composer une carte avec le nombre de plats que vous souhaitez. Gardez néanmoins à l’esprit les inconvénients que comportent les cartes trop longues et que l’objectif est de maintenir une qualité constante ainsi qu’une cohérence entre vos plats.

3) Proposez des offres déstructurées

Aujourd’hui, proposer la traditionnelle formule entrée/plat/dessert ou le choix des plats à la carte ne suffit plus. Les clients actuels sont à la recherche de flexibilité, certains veulent simplement se restaurer rapidement et à bas coût, d’autres sont à la recherche de convivialité etc. Pour flexibiliser vos offres et les adapter à tous les profils de consommateurs vous pouvez par exemple :

  • Créer des formules entrée/plat ou plat/dessert
  • Créer des formules inspirées du Snacking : plat/accompagnement/boisson ou Plat/boisson/dessert
  • Proposer des formule tapas avec plusieurs plats
  • Proposer des plats à partager
  • Créer des formules avec l’accord met-vin compris
En laissant ainsi au client le choix de structurer son repas comme il le souhaite, votre carte est susceptible de séduire tous les profils. Pour plus d’information sur la déstructuration des repas, vous pouvez consulter notre article sur la déstructuration des repas.

4) La rotation

Une fois réalisée, votre carte ne doit pas être fixe, elle doit changer, notamment en fonction des saisons. Sinon, elle finira par lasser les clients. Aussi nous vous recommandons de la modifier au moins 2 fois par an : printemps/été et automne/hiver. Automne/hiver : vous pouvez proposer des plats qui apportent un peu de réconfort, des plats en sauce, des potages etc. Utilisez au maximum les produits de saison comme le chou, le potiron, le gibier… Printemps/été: favorisez les plats légers, les fruits et les légumes, et les plats froids comme les salades etc. En été, vous disposez d’une multitude de fruits et de légumes pour composer votre carte à partir de produits frais. Idéalement, vous vous devez de modifier votre carte pratiquement tous les mois, pour ne pas lasser votre clientèle. Vous pouvez néanmoins garder vos « best-seller » d’une carte à l’autre. Pour connaître les plats qu’il faudra changer et ceux que vous devez garder, l’utilisation d’une matrice BCG est fortement recommandée. Vous trouverez plus d’information en consultant cet article.

5) La transparence est essentielle

Le consommateur d’aujourd’hui est de plus en plus sensible à ce qu’il mange. Il veut savoir d’où viennent les produits qu’il consomme, auprès de qui ils ont été achetés, combien de kilomètres ils ont parcouru du producteur jusqu’à l’assiette etc. C’est pour cela que la transparence est un véritable atout de vente pour votre carte de restaurant, elle sera ainsi sécurisante et inspirera la confiance auprès du client. Ainsi, si la carte de votre restaurant comprend des plats faits maison, élaborés à partir de produits frais, bios, locaux, certifiés par des labels, alors n’hésitez pas à le mentionner directement sur le menu. Les clients y seront sensibles. Notons également que préciser les allergènes directement sur le menu est recommandé.

6) S’adapter aux nouveaux modes de consommation

De nos jours, les modes de consommation sont de plus en plus diversifiés (végétariens, vegans, locavores, bio…), il est important de pouvoir attirer ces types de clientèle qui se font chaque jour de plus en plus nombreux. Pour ce faire, essayez d’inclure dans vos menus des plats « tendances » :

  • Végétariens voire vegans
  • Personnalisables ou « customisables »
  • Élaborés à partir de produits bio
  • Élaborés entièrement avec des produits locaux
  • Snacking
  • Healthy

Et voilà ! Avec ces 6 astuces, vous avez toutes les cartes en main pour réaliser un menu simple, facile et agréable à lire. Cela permettra d’attirer plus de clients dans votre zone de chalandise et facilitera le travail de vos équipes en salle comme en cuisine.

N'hésitez pas à consulter nos autres articles !